null Il y a un temps pour tout !

Coup de griffes

Il y a un temps pour tout !

par Véronique Cayado

Docteure en psychologie, membre de l'Institut Oui Care

Le 20 mai 2021

3 min de lecture

Il y a un temps pour tout !

Cette petite phrase aux origines bibliques parle à tous les âges de la vie, mais elle a un écho particulier dans le vieil âge car elle invite au renoncement de ce qui n’a plus lieu d’être.

 

De la crème au riz sucré

Dans la nouvelle “Une famille” (Le Horla), Maupassant nous décrit une scène de repas en famille particulièrement obscène à l’égard de l’aïeul. C’est le “spectacle du grand-papa gourmand”, celui que l’on force à manger de la soupe pour sa santé, celui dont on rit allègrement à la vue de son désir fougueux pour la crème de riz sucré, celui que l’on prive pour son bien :

Simon répondit : « Oh ! non, mon cher, s’il mangeait trop, à son âge, ça pourrait lui faire mal. »
Je me tus, rêvant sur cette parole. Ô morale, ô logique, ô sagesse ! À son âge ! Donc, on le privait du seul plaisir qu’il pouvait encore goûter, par souci de sa santé ! Sa santé ! qu’en ferait-il, ce débris inerte et tremblotant ? On ménageait ses jours, comme on dit ? Ses jours ? Combien de jours, dix, vingt, cinquante ou cent ? Pourquoi ? Pour lui ? ou pour conserver plus longtemps à la famille le spectacle de sa gourmandise impuissante ?
Il n’avait plus rien à faire en cette vie, plus rien. Un seul désir lui restait, une seule joie ; pourquoi ne pas lui donner entièrement cette joie dernière, la lui donner jusqu’à ce qu’il en mourût ?
”*

Plus d’un siècle plus tard, les mentalités ont-elles changé ? Oui, on a mis un mot sur ce type de situation - maltraitance - mais dans le fond, considère-t-on pour autant que les plaisirs inutiles ont encore leur place dans le vieil âge ?

Cette scène résonne particulièrement avec nos débats contemporains autour du droit aux risques pour les plus âgés et notamment lorsqu’ils sont en situation de dépendance. Un arbitrage complexe où la primauté semble donnée à la sécurité par rapport au droit à décider pour soi-même.

Mais s’il y a un temps pour tout, n’est-ce pas aux individus de décider pour eux-mêmes de ce qui est approprié ?

 

Un temps pour s’éteindre et un temps pour s’abstenir

Dans nos cultures occidentales, la trajectoire humaine est représentée sous forme d’une courbe avec une première phase de développement des capacités qui culminent au mitan de la vie avant de décroître progressivement. La vieillesse est toute la période de la vie qui se situe en bas de cette phase de déclin. Cette vision cyclique fait du vieil âge le temps du retrait, du renoncement aux désirs, aux futilités comme aux élans existentiels.

Alors certes les choses évoluent un tant soit peu. On parle de “bien vieillir”, on valorise les jeunes vieux actifs qui profitent de la vie, tout en méprisant la frivolité de leurs conduites. Pour autant, même si on assiste à l’apparition de nouvelles figures de vieux, la vieillesse, la vraie, celle du grand âge, ne change pas d’image. Elle reste associée au déclin, à la perte, au retrait, à l’absence totale de développement personnel, et au renoncement aux plaisirs superflus au profit des actes essentiels de survie.

Mais pourquoi les personnes les plus âgées n’auraient-elles pas le droit à une tranche de futilité ou de recherche existentielle ? Pourquoi devraient-elles être à ce point sérieuses et économes ?
On dit souvent que la mort approchant, on réalise ce qui est essentiel pour nous. L’alimentation, l’élimination, la toilette font partie de ces actes qualifiés d’essentiels dans la vie quotidienne. Est-ce à cela que l’on pense quand on approche du terme de sa vie ?

 

Une vision médicale de la personne âgée en situation de dépendance

Tout se passe comme si à un moment donné, il existait un point de non retour qui nous faisait basculer dans l’âge du maintien en vie. Comme si la vie prenait un sens nouveau passé 75 ou 80 ans. Il ne s’agit plus de vivre mais de se maintenir en vie ! L’expression même de “maintien en vie” ou de “maintien à domicile” est particulièrement sinistre.

Parmi tous les facteurs qui peuvent expliquer cette manière de voir les choses, le prisme de l’approche médicale joue certainement un rôle important. Il faut savoir que pendant longtemps seule la médecine s’est intéressée à la vieillesse et forcément elle s’en est intéressée avec son angle à elle, à savoir les pathologies. La vieillesse vue sous l’angle médical, c’est la dépendance traitée comme une maladie. Ce sont aussi les personnes âgées dépendantes considérées comme des malades qu’il faut soigner.

Si la médecine et la gériatrie constituent un maillon essentiel du bien vieillir, il est important néanmoins de changer le regard sur la personne âgée dépendante. Ce n’est pas un malade. C’est une personne dont les capacités peuvent être diminuées de telle sorte qu’elle n’est plus en mesure de réaliser seule certaines de ses habitudes de vie.

Mais ce n’est pas parce qu’elle dépend des autres dans certains aspects de sa vie que l’on doit décider pour elle ce qui est essentiel à son maintien en vie.

Réfléchissons à ce que nous voulons pour nous-mêmes. Une société où le maintien en vie est plus important que la vie elle-même peut-elle nous offrir des conditions d’existence réellement satisfaisantes ?

 


* http://maupassant.free.fr/recueils/horla.html#10