null Hélène Cichonski - ergothérapeute

Parole d'expert

Diagnostic ergothérapie : “Notre première étape : bien écouter et bien comprendre”

par Ariane Alix

Le 30 septembre 2021

3 min de lecture

Diagnostic ergothérapie : “Notre première étape : bien écouter et bien comprendre”

Trois questions à Hélène Cichonski, Ergothérapeute chez Domus prévention.


Qu’est ce que Domus prévention ?

Domus prévention est le premier réseau national d'ergothérapeutes. Autonomia a fait appel à nous pour le diagnostic 360. Nous mettons à leur disposition notre application et nous avons formé les conseillers grand-âge à devenir agent sentinelle. Ainsi, les conseillers Autonomia sont en capacité d'effectuer une première analyse, vérifiée par nos ergothérapeutes. Si cela était nécessaire, le conseiller grand-âge peut déclencher une visite plus poussée avec un des ergothérapeutes de notre réseau.

Quel est votre rôle chez les personnes âgées ?

Les missions de l’ergothérapeute sont assez variées, en fonction des endroits où il exerce. Au domicile des personnes âgées, notre rôle est de faire en sorte que la personne puisse continuer à vivre chez elle en autonomie et en toute sécurité.
En d’autres termes, nous prenons en compte les interactions entre la personne, l’environnement et son activité et nous faisons en sorte d’améliorer au maximum sa participation avec, notamment, des aides techniques, aménagement du domicile, ou apprendre à faire autrement via des mises en situations

Cela va de l’enfile-bas à la barre de douche, en passant par les sièges rehausseurs de toilettes ou les planches de baignoire. Nous travaillons en coordination avec d’autres professionnels de santé et plus largement, avec toutes les personnes qui gravitent autour du patient ou de la patiente. Il est également important de prendre en compte l’intervention des aidants dans nos préconisations.


Quelles sont les attentions particulières qu’il faut avoir auprès des personnes âgées ?

Comme tout un chacun, les personnes âgées n’aiment pas beaucoup changer leurs habitudes. Il ne faut pas arriver avec sa théorie et la recette parfaite de la maison parfaitement adaptée.
On sait bien qu’il faut, idéalement, enlever tous les tapis, mais d’un autre côté, l’idée n’est pas de transformer le domicile en un EHPAD. Il faut trouver le juste équilibre.
Avant de commencer un diagnostic, nous passons un long moment à écouter la personne ainsi que les aidants. A comprendre comment elle vit chez elle. On y va petit à petit. On débute par une barre d’appui et lorsque la personne l’a adoptée on passe à l’étape suivante.

Il y a aussi l’aspect symbolique à ne pas négliger. Avoir sa maison pleine de matériel d’aide technique projette immédiatement la personne elle-même et ses visiteurs dans l’univers de la dépendance et du grand-âge. Ce n’est pas toujours aisément accepté.
Heureusement, le matériel technique tend à se démocratiser. On voit même certaines aides techniques vendues pour le grand public en supermarché. Je pense aux barres de douches, mais aussi à la brosse à long manche pour le dos. A l’origine, c’était du matériel destiné aux personnes (qui avaient des difficultés à se laver) en situation de handicap.

 

Les chiffres clés (source Insee)

22 millions de français auront plus de 60 ans en 2050
1,17 millions de personnes âgées sont dépendantes et ce chiffre est amené à doubler d'ici 2060
En France, chaque année, environ 450 000 chutes sont constatées, dont 62% au domicile.
37% des chutes conduisent à des hospitalisations.
Après une chute, 30% des personnes de plus de 65 ans subissent une diminution d'autonomie.
40% des personnes hospitalisées après une chute ne peuvent plus retourner vivre chez elles et entrent en institution.


Le diplôme d’ergothérapeute.

L’ergothérapeute est un professionnel de santé. Le diplôme se prépare en 3 ans.
En septembre 2020, il y avait 26 Instituts de formation en ergothérapie en France
 

Sur le même thème